Changer la puissance d’un compteur électrique : tout savoir

Changer la puissance d’un compteur électrique : que faut-il savoir ?

Emménagement, rénovation de système électrique, travaux d’isolation : plusieurs circonstances peuvent nous amener à changer la puissance d’un compteur électrique.

Modification de puissance d’un compteur électrique ou passage d’un modèle de monophasé à triphasé, quelles sont les démarches à effectuer ?

Si votre chauffage électrique vous revient cher, découvrez nos astuces écologiques pour faire baisser votre facture. Avant de contacter votre fournisseur pour procéder aux modifications, lisez cet article pour un aperçu plus clair des différents choix qui s’offrent à vous.

compteur électrique

Compteur électrique en monophasé, courant triphasé, définition et explications

Votre maison est alimentée par un courant monophasé ou triphasé. Une manière simple de le déterminer : regardez vos raccords. S’il y a deux fils (un noir ou rouge et un bleu), c’est que le système est monophasé. S’il possède quatre fils, c’est qu’il est triphasé.

Quelles différences entre les deux ?

Le compteur électrique en triphasé est particulièrement recommandé pour les étages multiples (immeubles, villas, corps de fermes ou entreprises). L’énergie sera alors répartie équitablement entre chaque partie de la maison.

Il devient obligatoire dès que la puissance du compteur électrique dépasse 18 kVA, et permet à un logement de recevoir une énergie quatre fois supérieure à un compteur en monophasé. Par conséquent, les tarifs de l’abonnement sont plus élevés.

Le monophasé suffit parfaitement à vivre correctement dans un logement standard, y compris lorsqu’il est chauffé à l’électricité.

Changement de compteur électrique : passer d’un courant triphasé à un courant monophasé

Le changement ne s’effectuera pas de la même manière selon l’ancienneté de votre installation. En effet, les compteurs Linky ne seront obligatoires qu’à compter de 2021, et beaucoup de Français possèdent encore l’ancien modèle. Un technicien devra alors se déplacer. Les compteurs communicants à technologie AMR, quant à eux, se programment à distance : l’opération peut être réaliser en ligne.

Vous êtes propriétaire d’un compteur électrique EDF ? Pourquoi n’adhéreriez-vous pas à leur offre « heures creuses, heures pleines » ? En concentrant l’essentiel de vos dépenses énergétiques (lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge…) pendant la nuit et les weekends, vous allégerez votre facture annuelle.

Le passage du monophasé au triphasé coûte 150 euros en moyenne. Intéressez-vous aux consommations exactes de votre foyer : peut-être que quelques efforts vous permettront de réduire la puissance de votre compteur d’un niveau. Vous trouverez plus de détails concernant le coût d’un changement de puissance électrique via cet article.

électricien et compteur électrique

2018, nouvelles installations électriques et législations

Les équipements intelligents s’imposent, et beaucoup de consommateurs s’en méfient. Apprendre à les utiliser permet pourtant de réaliser des économies. En effet, grâce à leurs fonctionnalités, vos volets se baisseront à heures fixes pour réduire la déperdition de chaleur en hiver, et vous éviterez les gâchis d’énergie grâce à l’extinction automatique d’appareils restés allumés, par exemple. En quoi consistent ces appareils ?

Qu’est-ce qu’un compteur communicant ?

Les compteurs électromécaniques tendent à disparaître, pour laisser place à des compteurs à technologies AMR (Automated Meter Reading). Ceux-ci enregistrent vos consommations à toute heure de la journée. De cette manière, les données sont étudiées, et mettent en évidence vos habitudes les plus énergivores.

Transmission et analyse des informations

Dans les copropriétés, une borne est disposée à l’extérieur du bâtiment. Le technicien relève les informations qui y sont transmises. Une alerte est envoyée automatiquement au distributeur et au client dès qu’une anomalie est détectée.

Les compteurs d’électricité intelligents étendus en Europe

Le smart meter a fait ses preuves : les consommations réelles sont, en moyenne, diminuées de 10% le premier mois et de 5% le second.

Chaque compteur doit répondre aux normes européennes. L’agence sanitaire indépendante ANSES a rendu son verdict fin 2016 : aucun de ces équipements ne présente de risque pour la santé.

Confronté quotidiennement aux réticences de ses clients, notre partenaire Enedis a édité un fascicule très instructif. Vous pouvez découvrir leurs conseils de sécurité ici. Comme le rappellent ces experts, 25% des incendies domestiques sont dus à une défaillance électrique, elles-mêmes causées par l’ancienneté et le manque d’entretien.
Cette intervention ne coûte que 66,26 euros et pourrait être l’occasion de contrôler la sécurité de l’installation électrique de votre logement.

Compteurs électriques, quel niveau de puissance choisir ?

Votre disjoncteur fait des siennes ? Impossible de prendre une douche et laver votre linge en même temps sans que les plombs ne sautent ? C’est l’occasion d’adapter la puissance de votre installation électrique, et de la mettre aux normes.

Entre 3 et 9 kVA

Du studio chauffé au gaz au T5 électrique normalement équipé à la maison standard, cette puissance est la plus répandue en France. La tarification de votre facture se décompose en deux parties :
* l’énergie que le fournisseur réserve à votre logement
* vos dépenses réelles

Le prix final sera différent d’un organisme distributeur à l’autre. Renseignez-vous, Engie réserve par exemple des offres très intéressantes aux propriétaires de véhicules électriques. Chez EDF, l’abonnement simple tourne aux alentours de 110 euros.

Entre 9 et 18 kVA

Cette solution est généralement prisée des bâtiments gourmands en électricité : immeubles, piscines, colocations, copropriétés.

Pensez à bien calculer vos besoin en électricité en additionnant les besoins de chaque étage ou chaque partie du bâtiment à alimenter.

À titre d’exemple, ces abonnements sont proposés entre 150,86 euros et 191,56 chez EDF, auxquels seront ajoutées vos dépenses réelles.

Au-delà de 18 kW

Généralement souscrits par des hôpitaux, les hôtels ou les bâtiments détenteurs d’appareils très énergivores, ces niveaux d’approvisionnement reviennent à environ 300 euros.

Comment diminuer la puissance d’une installation électrique ?

Les formalités sont les mêmes quelques soient les modifications. Si vous souhaitez souscrire une offre moins chère pour une puissance moindre, il vous faudra réduire vos consommations d’énergie.

Commencez par étudier les principaux postes de dépenses. Cumuler deux modes de chauffage peut s’avérer efficace. Chaudière au bois ou gaz naturel (matériaux les moins chers), complétés au besoin par des radiateurs électriques, réduiront drastiquement votre budget énergétique.

Panneaux solaires, éoliennes, toits végétaux ou isolation des fenêtres : de nombreuses options naturelles et efficaces existent désormais. Renseignez-vous sur la combinaison qui vous conviendrait le mieux.

Un approvisionnement en électricité adapté à vos besoins est indispensable à une qualité de vie optimale. S’il est important de profiter de vos équipements comme vous l’entendez, diminuer une puissance trop élevée vous permettra de réaliser des économies significatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *